Liste des articles
22/06/2016

La première phase de restauration de l’hôtel communal de Forest s’achève

Le projet de restauration de ce monument emblématique de l’Art Déco à Bruxelles, d’un coût total (partie extérieure) de près de 7,1 millions d’euros (dont près de 70 % subsidiés par la Région Bruxelles-Capitale), a débuté il y a dix ans.

Inauguré en 1938, bien que sa conception par l’architecte Jean-Baptiste Dewin, célèbre pour ses maisons individuelles et ses hôpitaux (celui de Saint-Pierre, notamment), remonte à 1925, l’hôtel communal de Forest a été construit dans le style Art Déco. D’une composition architecturale sobre, géométrique et fonctionnelle, le bâtiment a été réalisé en façade avec des matériaux locaux, tels que la pierre bleue, les briques, le simili-pierre, les métaux. Pour l’intérieur, des matériaux plus particuliers, comme des marbres et des boiseries tropicales, ont été utilisés. De nombreux artisans ont été impliqués dans pour l’exécution des sculptures en pierre bleue et en bronze (symbolisant l’histoire de la commune et ses activités industrielles) et des vitraux (représentant la faune et la flore de la forêt).

Ayant conservé sa fonction d’hôtel communal et une distribution des espaces encore étonnamment actuelle, le chef-d’oeuvre de Jean-Baptiste Dewin représente un patrimoine unique, tant sur le plan stylistique qu’organisationnel. En concertation avec les intervenants concernés, ORIGIN Architecture & Engineering a dès lors adopté une philosophie de restauration et de rénovation optimisant son utilisation par les occupants actuels et futurs, tout en valorisant les caractéristiques spatiales et stylistiques du bâtiment.

La commune de Forest se dit ravie par le résultat de cette première partie des travaux. « Cela fait dix ans que Forest projette de rajeunir son hôtel communal. Voir l’achèvement de la première phase est une grande satisfaction pour l’administration forestoise. » nous confie le bourgmestre, Marc-Jean Ghyssels (PS).

Si les études préliminaires ont révélé que l’édifice n’avait presque pas été modifié et qu’il était en assez bon état, certaines parties devaient toutefois être remises en état à court terme, à commencer par les façades. Il s’est avéré qu’un grand nombre de briques d’origine étaient si poreuses qu’elles s’étaient, au fil du temps, effritées sous les effets répétés de la pluie et du gel. Au total, 20% de briques, soit 50.000 pièces sur un total de 250.000 briques, ont été renouvelées ponctuellement par une équipe de maçons chevronnés de l’association momentanée Galère-Dejeond, qui ont dû extraire chaque brique endommagée et la remplacer localement par un exemplaire neuf. L’autre intervention importante, par son ampleur et par son caractère délicat, concerne les menuiseries extérieures : plus de 300 châssis métalliques ont dû être mis aux normes (étanchéité à l’eau, imperméabilité à l’air, confort des occupants), notamment par l’intégration d’un double vitrage. Quant aux quatre verrières de vitraux dans le Hall d’Honneur, d’une très haute valeur historique et artistique (basés sur des cartons des peintres Baltus père et fils), elles ont fait l’objet d’un renouvellement de tous les réseaux de plomb et de la pose d’un vitrage extérieur de protection. Enfin, les ouvrages d’art extérieurs (ouvrages en béton recouvert d’enduit simili-pierre, sculptures en pierre bleue, mosaïques en verre, sculptures en bronze doré de la tour) ont également été restaurées.

Galère réalise les travaux de restauration de l’hôtel communal de Forest en association avec la Ferronnerie d’Art Dejeond.